Jean-Louis Billon est le fils de Pierre Billon, fondateur et Président du Conseil d'Administration du groupe de SIFCA et de SIFCOM. C’est sans surprise que Jean-Louis Billon a pris la succession de son père à la tête de ces compagnies.

Ce qui est cependant étonnant, c’est la conduite et les aptitudes en matière de gestion dont le fils a fait preuve et, plus encore, le rôle dynamique qu'il a joué au sein de la vie économique et plus généralement politique en Côte d'Ivoire.

On dit souvent que Jean-Louis Billon est doté d’une personnalité électrique : calme et pondéré pour nombre de personnes, il passe aussi pour être très direct pour d’autres. Il n'a jamais eu peur de dire la vérité au pouvoir, quelle qu’elle soit, notamment en matière d’obstacles aux investissements et à la communauté d’affaires en Côte d’Ivoire.

Né en 1964 dans la ville de Bouaké, au centre de la Côte d’Ivoire, il a fait ses études primaires et secondaires à Abidjan, puis, est parti poursuivre ses études en France, où il a passé un Master en Droit à l'Université de Montpellier. Il est ensuite parti aux Etats-Unis pour perfectionner son anglais, et passer une Maîtrise des Affaires Internationales, à l'université de Floride à Miami. C’est pendant qu’il était en Floride qu'il a rencontré sa future femme, en 1992, Henriette Gomis, qu'il a épousée en 1994, à l'âge de trente ans.

La carrière professionnelle de Jean-Louis Billon a commencé à Grace Cocoa à Milwaukee, dans le Wisconsin. En 1995, il est revenu en Côte d’Ivoire, d’abord à SIFCA, comme Secrétaire Général, pour finalement devenir Directeur Général du groupe en 2000. Après la mort de son père, Pierre Billon, Jean-Louis Billon lui a succédé comme Président du Conseil d'Administration en décembre 2001.

Mais c’est à partir de 2001, à l'âge de 37 ans, que la carrière en Jean-Louis Billon s’affirme. En effet, à ce moment, toutes ses expériences et qualifications lui ont permis de mieux s’exprimer au travers d’une plateforme dont celle de Conseiller au sein du Commerce Extérieur, une position que son père occupait depuis les années 60. Le contexte socio-politique qui prévalait d’puis 1999 lui a également donné une tribune. En 2001, il a été élu le maire de Dabakala, la ville d’origine de son père. Puis en 2002, il a été élu Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Côte d'Ivoire, Vice-Président de la Chambre Régionale de l’UEMOA et également Vice-Président pour l’Afrique de l’Ouest de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones.

Il est également devenu un membre du Conseil Economique et Social de Côte d’Ivoire et social, en plus d’être membre de multiples organismes professionnels, y compris la Fédération des Industries et des Services de Côte d'Ivoire, de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire. Au plan des affaires, il a également intégré le conseil d'administration de la Banque Unie pour l'Afrique (UBA).

En 2004, Jean-Louis Billon a joué un rôle relativement important à la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI), créée dans 2003, suite à la guerre civile déclenchée en 2002. La CSCI est une association composée de diverses ong ou associations et autres acteurs sociaux de la société ivoirienne, comprenant notamment les groupes religieux, les syndicats, les O.N.G.s, et les organismes de droits de l'homme, dont le but est d'apporter la paix et la stabilité de nouveau à la nation. Avec d’autres leaders de la société civile, Jean-Louis Billon a développé des scénarios permettant aux diverses factions de clore la crise.

Plus tard, Jean-Louis Billon a fait une campagne internationale pour restaurer la confiance et pour encourager les investisseurs à revenir en Côte d’Ivoire.

En qualité de Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie, Jean-Louis Billon a redynamisé cette institution. Ses interventions passionnées, notamment en 2008, devant le MEDEF, en faveur du retour des intérêts commerciaux français en Côte d’Ivoire, puis en 2011, lors du séjour du Premier Ministre Français ont été remarquées, particulièrement son discours intitulé « l'Afrique noire veut une remise à zéro».

Durant cette période, il n’oublie pas son rôle majeur, celui au sein du Groupe SIFCA, principale entreprise ivoirienne dans le secteur de l'agrobusiness, spécialisé dans la culture, le traitement et le marketing d'huile végétale (principalement huile de palmier), de caoutchouc normal et de sucre de canne. Les activités de SIFCA vont bien au-delà des frontières ivoiriennes et se sont développées au Libéria voisin, au Ghana et au Nigéria. Le Groupe est fort de plus de 25.000 employés. SIFCA contribue au développement de l'Afrique de l'Ouest en achetant la majorité de ses matières premières à des cultivateurs privés.

Jean-Louis Billon est désormais un homme public. De novembre 2012 à mai 2015, il a été Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME. Depuis le 13 mai 2015, il est Ministre du Commerce.